e-cigarette ego stardust ce4

Le succès de la cigarette électronique

Il y a 10 ans, celui qui l’utilisait pouvait passer pour quelqu’un de bien étrange. Mais aujourd’hui, elle est presque devenue tendance, un signe de distinction ou une véritable révolution pour certains. Cet objet aux multiples formes, couleurs et goûts produisant une vapeur sans mauvaise odeur intrigue, séduit et inquiète. Alors, chère cigarette électronique, qui êtes-vous vraiment ?

L’incroyable histoire de la cigarette électronique

La cigarette électronique a été assemblée pour la première fois en Chine, en 2003, par un ingénieur innovant, Hon Lik. Ayant failli être acheté par un certain Phillip Morris, le concept de la cigarette électronique voyage rapidement et arrive bien vite en France, où il trouve un accueil mitigé. Trop avant-gardiste ? Pas assez tendance ? Trop chère ? Quoi qu’il en soit, la cigarette électronique essuie un premier (et unique) revers.

Mais les mentalités changent et les besoins évoluent : aujourd’hui, la cigarette électronique connaît un succès planétaire, sans limite et à la croissance sans égal. En France, on compte déjà plus de 500 000 vapoteurs conquis et actifs, ayant abandonné leur paquet de cigarettes toujours plus cher pour une solution bien plus économique, pratique et bénéfique. Aux Etats-Unis, les stars en font la publicité et partout, les points de vente réels et virtuels fleurissent pour répondre à un marché en pleine expansion. Aujourd’hui on peut acheter une cigarette électronique facilement sur internet ou dans une boutique.

La cigarette électronique divise

Cet extraordinaire succès que connaît l’e-cigarette ne fait pas que des heureux : outre les géants du tabac qui voient déjà leurs profits flancher après des années d’enrichissement (-10% pour les ventes de cigarettes en France), les différents gouvernements semblent démunis face à la cigarette électronique qu’ils souhaitent pourtant encadrer. Chacun y va donc de ses propres mesures comme le Royaume-Uni qui en a fait un médicament ou la Suisse qui interdit la vente d’e-liquides contenant plus de 4 mg de nicotine. Quant à la France, les décisions sont encore à prendre.

Mais face à cette volonté de réglementer ce marché représentant déjà des millions d’Euros, les revendeurs et les vapoteurs défendent un produit qu’ils jugent révolutionnaires. Appuyés par des études toujours plus nombreuses et favorables et des spécialistes reconnus de la santé, ces défenseurs de la cigarette électronique craignent de mauvaises intentions destinées à protéger les acquis de l’industrie du tabac. Alors que certains experts financiers estiment qu’il se vendra plus de cigarettes électroniques que de cigarettes à tabac d’ici 10 ans, le débat reste ouvert et les opportunités à saisir.

« Nous pensons que les cigarettes électroniques s’avéreront être le plus important développement dans l’histoire de l’industrie organisée du tabac. » Banque d’investissement Ganaccord Genuity.